5.01.2022

Et toi, tu mets quoi dans ta poubelle ?

L’une des questions que l’on me pose très souvent sur le mode de vie zéro déchet et consommation locale est : mais comment tu as commencé ? 

Dans mes précédents articles, je vous avais parlé des débuts de ma démarche, comment j’avais voulu faire tout en même temps et que je me suis démoralisée, mais comment ai-je procédé ensuite pour garder le cap ? J’avais donc ciblé, à l’aide de mes précieuses poubelles, ce qui engendrait le plus de déchets (d’abord ma cuisine ensuite la salle de bain) au sein de mon ménage.

Aujourd’hui, je voulais justement vous parler de ces fameuses poubelles !

Décembre 2015 : 5 poubelles de 18.5kg

Fin novembre 2015, nous avons franchi un cap avec mon (futur) mari : l’achat de notre maison. A nous la belle vie, adieu les parents (nous avions 19 et 20 ans), à nous les repas de notre choix, les films au choix, pouvoir manger devant la télé, à l’heure que l’on veut, avec les meilleures friandises qui débordent des armoires et j’en passe ! Cependant, quelques mois plus tard, nous avons reçu notre première facture « taxe poubelle » de la commune avec le décompte de la location de notre conteneur qui est pesé par le camion poubelle à chaque levée. En un mois, nous avons mis notre conteneur à rue chaque semaine pour un total de 18.5kg. A 19 et 20 ans, comment savoir si cela annonce une consommation excessive ?

Année 2016 : 47 poubelles de 159kg

La première année à vivre en couple s’est déroulée comme dans beaucoup d’autres foyers : en imitant les habitudes de nos parents. Nous choisissions en priorité nos marques préférées, dans des grandes surfaces où nos parents avaient l’habitude de se rendre. J’ai toujours été tracassée par l’avenir de la planète, j’ai donc toujours fait attention aux marques que mes parents achetaient afin que celles-ci respectent au mieux l’environnement, la santé et les travailleurs. Mais la vraie claque que j’ai prise est lorsque nous avons reçu ce fameux décompte « taxe poubelle » après une année « normale » de consommation : 47 levées de poubelles (en sachant qu’il y a 52 semaines dans une année et qu’il nous arrivait tout simplement d’oublier) pour un total de 159 kg

J’ai une question : lorsque vous videz votre poubelle chaque semaine, le sachet vous semble-t-il lourd ? Avez-vous du mal à le soulever ? Cela n’a jamais été mon cas, j’avais l’impression que chaque petite poubelle était insignifiante et ne pesait que quelques grammes. Et pourtant, le total accumulé était plus lourd que nos deux poids réunis. Cette annonce a été comme un coup de tonnerre au milieu de notre nid douillet.


Année 2017 : 27 poubelles de 65.5kg

2017 ou comment j’ai opéré un changement drastique dans mes habitudes d’achats et dans mes tris !

Cette phase s’est déroulée en deux étapes. La première, la crise de panique, l’achat compulsif de livres sur le zéro déchet, comment faire ses produits ménagers soi-même et j’en passe (dont la sainte bible de la famille presque zéro déchet). La deuxième, le désespoir de ne jamais y arriver par manque de temps, de place, de ressources, bref, un vide total. 

Mais ma ténacité m’a forcé à trouver des alternatives à ma portée ! 

Tu manques de temps ? Tu ne veux pas changer tes habitudes et changer de magasins ? Je suis passée par là, j’ai continué mes achats en grande surface mais en privilégiant : les emballages familiaux, les conserves, les bocaux et les légumes en vrac. J’ai banni les aliments suremballés et/ou emballés individuellement. J’ai développé un radar aux boites en carton à la place de sachets plastiques.

Nous avons également dédié une petite partie de notre jardin à l'élaboration d'un compost. Ce qui nous semblait le plus lourd (et le plus ridicule à jeter) étaient les déchets organiques. Quoi de plus logique que de rendre à la terre ce qui lui appartient ?

Sans changer de lieu, sans prendre plus de temps et sans faire plus d’effort, juste en ouvrant les yeux et en réfléchissant devant mes rayons habituels, ma poubelle a diminué de presque de moitié, 65.5kg, impressionnant non ?

Année 2018 : 6 poubelles de 21.5kg

Ces résultats si encourageants m’ont donné plus de force et de courage pour réduire encore et encore nos déchets.

J’ai du coup eu la motivation pour me renseigner sur ce qu’il existant dans ma région en produits en vrac mais surtout, en producteurs locaux. Je n’aurai jamais soupçonné qu’il y aurait autant de résultats à mes recherches dans un rayon si petit autour de ma maison et de mon lieu de travail ! J’ai donc décidé de commencer à boycotter les grandes surfaces pour acheter chez les commerçants locaux. Quoi de plus logique que d’acheter sa viande chez le boucher ? Les légumes chez le maraicher ? Le poisson chez le poissonnier ? Cela engendre premièrement de consommer de saisons et deuxièmement, le plus local possible. Nos grands-parents ne le faisaient-ils pas déjà ? Chez ces commerçants, je demandais qu'ils remplissement mes contenants de mes achats (plus de détails par ici).

Après maintes recherches, j’ai également trouvé un magasin de vrac à quelques kilomètres de mon domicile où je me rendais toutes les deux semaines pour refaire les grosses courses et remplir à fond les armoires. Et quel beau résultat lorsque le décompte de la « taxe poubelle » est arrivé : 21.5 kg !

Année 2019 : 3 poubelles de 13kg

Après avoir épuisé les dernières denrées achetées en grandes surfaces, après avoir trouvé une alternative à chaque objet et aliment du quotidien, après avoir été écoutée, aidée, mes efforts paient encore et, de fil en aiguille, mes armoires se sont transformées ainsi que ma poubelle bien sûr. Les nouvelles habitudes d’achats sont dès à présent ancrées dans notre quotidien, que ce soit chez moi ou du côté de mon mari.

Année 2020 : 7 poubelles de 20.5kg

2020 ou comment la pandémie met à mal tous mes efforts !

Avec la menace du virus, les commerçants qui acceptaient de remplir mes contenants sont devenus réticents et refusaient de me servir sauf s’ils pouvaient me fournir leurs emballages (alors que les magasins de vrac pouvaient rester ouverts sans restriction, cherchez l’erreur). La tendance « à emporter » a également eu raison de nous avec ses repas suremballés ou trop souvent dans des contenants en plastique jetable. On a fait ce que l’on a pu pour minimiser ces déchets, pour trouver des commerçants qui n’avaient pas de fausses croyances sur le fait de remplir nos boîtes. 

Nous avons également adopté un petit toutou pour notre plus grand bonheur mais un peu moins pour celui de notre poubelle. Les nouveaux jouets, les friandises, les sachets de croquettes, les sacs « ramassage crottes » et j’en passe, ont mis à mal nos efforts. Nous avons cependant cherché des alternatives aux objets suremballés de nos amis à quatre pattes mais visiblement, personne n’avait encore pensé à fournir les maîtres sans encombrer leur poubelle…

Année 2021 : 13 poubelles de 24kg

La vie normale a repris son cours, le mode de vie zéro déchet devient également de plus en plus accessible, on trouve des magasins spécialisés ou avec des rayons appropriés de plus en plus près de chez nous et les commerces locaux ouvrent de plus en plus (ils élargissent leur horaire ou ouvrent d’autre point de vente). Nous trouvons donc de plus en plus d’astuces pour continuer à se faire plaisir (c’est le plus important) tout en préservant notre santé et celle de la planète. Nous avons également réduit notre contenant de poubelles, nous pouvions avant y stocker 240L et à présent, nous pouvons y mettre 2x 40L. Cela engendre plus de relevés mais nous évite de stocker des déchets pendant des mois, d’avoir des nuisances olfactives et de respecter les éboueurs qui doivent vider notre conteneur rempli après seulement quelques mois.


Certes, nous sommes encore loin du chiffre 0 dans les mots zéro déchet mais venir de 160 kg pour se maintenir aux alentours d’une vingtaine de kilos (un peu plus ou un peu moins) est une victoire quotidienne.

Avec cet article, je voulais vous montrer que le plus petit effort porte déjà ses fruits. Que vous ne deviez jamais baisser les bras, que peu importe les choix que vous faites, si ceux-ci sont réfléchis, ils ne pourront être que judicieux pour vous et la planète.

Si vous avez des questions suite à la lecture de ce texte, je serai plus que ravie de pouvoir vous aider et vous aiguiller ! 

Lance toi et n’ai peur de rien, pense à l’avenir et construis un futur meilleur pour demain !

Illustrations : Bloutouf

2 commentaires:

  1. Félicitations pour cette initiative, pour cette ténacité. Admiration et respect pour un jeune couple qui prend soin de son environnement, de son avenir et de celui des autres.

    RépondreSupprimer
  2. Waouh ! C'est génial de revenir sur le sujet, sur autant d'années, pour voir l'évolution. Regarder ce qu'on jette, c'est le meilleur moyen de se poser les bonnes questions, de se rendre compte du problème, je trouve :) J'ai aussi vu une différence appréciable une fois un compost installé au fond du jardin d'ailleurs.

    De petits gestes, petit à petit, en fonction du quotidien, de nos moyens, etc. :)

    RépondreSupprimer

Merci pour ta réaction littéraire !