Dora la Dingue de Lidia Yuknavitch


LIDIA YUKNAVITCH
EDITIONS 10/18 - PARU EN 2015 - 260 PAGES

Seattle. Dora, 18 ans, souffre de toux persistante, d’évanouissements intempestifs et d’aphonie spontanée au moindre geste d’affection. Gênant, surtout lorsqu’on est secrètement amoureuse de sa meilleure amie et que c’est réciproque. Pour ses parents, qu’elle surnomme M. et Mme Pharma-zombie, il n’y a aucun doute, Dora doit aller consulter un psychiatre. On assiste hilare, médusé et fasciné, aux séances rocambolesques entre Dora et Sigmund, le psy, ainsi qu’aux aventures tout aussi insolites de Dora et ses amies, qui tentent de résister à la morosité et au puritanisme ambiant, tout en affirmant leur différence, malgré le qu’en-dira-t-on. Dora la Dingue, c’est l’adolescence comme vous ne l’avez jamais lue. Un concentré de folie, un hymne aux décalés et aux névrosés du monde entier dont Dora, en digne petite sœur spirituelle du Tyler Durden de Fight Club, est l’électrique et inoubliable porte-parole.


Ma chronique :

A première vue, ce roman avait beaucoup de choses pour me plaire : une héroïne jeune, un peu loufoque, perdue dans son adolescente, avec des parents qui ne la comprennent pas, suivi par un psychologue alors que pour elle, c'est complètement inutile et une révolte criante au fond de l'estomac. Les premières pages m'ont semblées sympathiques, les mots crus utilisé par Ida, notre jeune adolescente, collaient bien à sa personnalité, elle ne cache rien, dit ce qu'elle pense, sans gène ni honte. Maintenant, sur le long terme, ces mots qui étaient juste crus et bien choisis ont parfois viré dans le vulgaire, surtout quand Ida est braqué sur la sexualité après ses passages chez le psy. Bref, je m'égare. Un roman, une histoire à laquelle j'ai accroché, un court moment, dans les premières pages mais après un bon tiers, il m'est devenu difficile de rester attachée à l'héroïne, à ses problèmes et aux situations qu'elle crée qui sont parfois trop loufoques. Je suis assez déçue de ne pas avoir aimé car j'attendais une bouffée d'énergie de la part de ce roman, une adolescente rebelle qui se révolte contre tout son petit monde, mais peut-être pas de cette manière, si folle. Las allusions à la culture générale m'ont également échappé car elles n'étaient pas de mon domaine et donc de ma connaissance, dommage, cela à créé des barrières en plus entre la lecture et l'histoire ressentie. Je ne vous recommanderai pas spécialement ce roman, sauf si le côté psychanalytique vous tente plus que l'histoire, je pense qu'elle vous satisfera plus de ce point de vue. Bref, un roman qui marque mais pas forcément dans le bon sens et qui laisse une impression bizarre lorsqu'on le referme, que ce soit à la dernière page ou à chaque chapitre.

5 commentaires:

  1. Dommage que la lecture ne s'est pas bonifiée au fil des pages :/
    Bref, je n'ai pas très envie de lire ce livre du coup ^^

    RépondreSupprimer
  2. Je passe mon tour, il semble trop bizarre pour moi !

    RépondreSupprimer
  3. Il semble plutôt intéressant, mais je ne pense pas le lire.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne pense pas lire ce livre, le résumé ne m'intéresse pas.

    RépondreSupprimer
  5. C'est un roman qui me fait de l'oeil depuis un moment mais ta chronique me fait peur ^^

    RépondreSupprimer

Merci pour ta réaction littéraire !