Vol 1618 de Bertrand Puard




BERTRAND PUARD
Vol 1618
EDITION Hachette Romans - PARU EN 2014 - 256 PAGES

« VOL 1618. Lecteurs, lectrices, nous traversons actuellement une zone de turbulence, veuillez regagner votre siège et attacher vos ceintures ! » Le 10 juin 2014, un Airbus A340 reliant Paris à San Francisco disparaît en plein vol. L’émoi est considérable, autant en France qu’aux États-Unis. Lorsque l’équipage et les passagers sont retrouvés quelques heures plus tard, incapables de se souvenir de ce qui leur est arrivé, les enquêteurs se voient confrontés à la disparition de 4 passagers et autres mystères. Des mystères que certaines personnes hauts placées feront tout pour ne pas ébruiter…


Ma chronique :

Une quatrième de couverture assez prometteuse pour ce roman m'a donné envie de me lancer dans cette histoire et maintenant qu'elle est clôturée, je dois avouer être légèrement déçue tout de même... Le roman démarre sur les chapeaux de roues, l'auteur n'épargne pas ses lecteurs au niveau de l'action. L'intrigue et le suspens arrivent assez vite pour se mettre en place, le seul hic est le fait qu'un voile de mystère se dépose sur le récit. Chaque situation est teintée d'ombres qui ne s'éclaircissent pas avant la fin du roman. Ces zones d'ombres sont en plus accentuées d'un aspect redondant dans l'histoire, chaque situation se ressemblant presque parfaitement et réexpliquée presque à chaque fois dans les détails, qui diffèrent de peu. Ces deux aspects négatifs rendent la lecture assez lente, avec des longueurs et une impression constante de ne pas avancer dans cette enquête policière. Le thème du détournement d'avion est bien présent, complet, mais toujours des retours en arrière, flash back et autres surviennent pour interrompre l'action en cours. Ce sont ces flash back qui sont d'ailleurs redondants et presque identiques les uns par rapport aux autres. Lors de la fin du roman, où toute l'explication de cette enquête survient, l'intrigue retombe et déçoit quelque peu, on a l'impression que cette fameuse explication de ne tient hélas pas debout et qu'elle est presque à dormir debout. Un roman décevant malgré son nombre de pages assez restreint, une lecture assez ennuyeuse qui s'étend sur la longueur. Ce roman est un prélude à la série "Les Effacés", dont les personnages principaux font une brève apparition à la fin du roman "Vol 1618", mais ils sont également présents tout au long de l'histoire, de façon brève également. Leurs existences et enjeux dans cette histoire sont le point le plus passionnant que j'ai trouvé et je me lancerai certainement dans la série qui les regroupe, avec le regret d'avoir lu ce prélude presque inutile, sauf peut-être pour les avoir découvert... Un roman que je ne recommande pas spécialement, sauf si le cœur vous en dit, mais par contre, je me lancerai dans la série "Les Effacés", assez intriguée et tentée.

Partenaire(s) : Romans sur Canapé


4 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas et je vais surement passer outre, mais j'espère que la série te plaira si tu tentes du coup !

    RépondreSupprimer
  2. Un quatrième de couverture bien prometteur. Je pense que je pourrais me laisser tentée.

    RépondreSupprimer

Merci pour ta réaction littéraire !