100 000 canards par un doux soir d'orage de Thomas Carreras




THOMAS CARRERAS
100 000 canards par un doux soir d'orage
EDITION Sarbacane (Exprim') - PARU EN 2015 - 300 PAGES

Anatidaephobia (n.f) : Peur panique à l'idée d'être observé, où que l'on se trouve, par un ou des canards. Quand Ginger, globe-trotteuse américaine de 19 ans, débarque à Merrywaters - le bled le plus paumé d'Angleterre - pour participer à un festival de musique, elle est loin de se douter que les canards seront aussi nombreux dans le coin. Ni qu'ils commenceront à l'espionner. Ni qu'ils représenteront, peut-être, un danger mortel. LA SUITE ? AH NON, C'EST TOUT, ON NE VOUS DIS PLUS RIEN ! Sachez seulement qu'aucun canard n'a été blessé pendant l'écriture de ce livre.


Ma chronique :

Comment ne pas être intrigué par un tel résumé, une telle couverture et un titre si accrocheur? C'est tous ces éléments qui m'ont donné envie de découvrir ce roman loufoque de Thomas Carreras. On plonge dans le petit village anglais de Merrywaters, où notre héroïne Ginger se rend pour le célèbre festival déjanté du Nightfest ! Elle trouve un logement et un petit job dans le café du Black Lion, tenu par un ancien militaire avec ses deux enfants : Malcom et Eileene. Tout avait l'air normal, tout allait "comme sur des roulettes", pour reprendre l'expression, jusqu'au jour où Ginger commence à se sentir observée, où elle se fait agresser dans les bois et que tout le monde la prend pour une folle quand elle se dit espionnée par... des canards. Ginger commence à paniquer mais hélas personne ne la croit... L'auteur joue avec les nerfs de ses lecteurs : est-ce qu'il faut croire ou non cette jeune fille si déjantée et fan de rock? Qui voudrait croire à une attaque camouflée de pauvres petits canards innocents? J'avoue avoir moi-même été perturbée par ces accusations mais grâce à la plume (sans jeu de mots quelconque...) et l'originalité de l'auteur, le lecteur arrive à entrer dans son univers malgré ce côté irréel. L'histoire tient également debout par les quelques preuves scientifiques données lors du déroulement de l'histoire, pourquoi ces événements surviennent et comment les déjouer entre-autre ! Mais surtout, c'est l'originalité, comme dit plus haut, qui rend la lecture si fluide et agréable. On suit certes le personnage de Ginger, mais également de nombreux autres dans la deuxième partie du roman, notamment des artistes venus jouer au Nightfest comme les Village People, les Rolling Stones, les Cranberries, Heavy Whales ou encore Stevie Wonder. Voilà où l'auteur a été le plus fort : dans son côté non prise de tête, dans cet univers musical avec des personnages connus qui se retrouvent dans la même galère que monsieur et madame "toutlemonde". Je garde un bon souvenir de cette lecture, qui peut perturber par la suite notre petite image habituelle des canards mangeant bêtement du pain, je la conseille à qui veut tenter l'aventure si étonnante et exceptionnelle ! Un bon roman détente à découvrir pendant cet été, à la plage, pour être sûr de pas ne pas croiser un seul canard, pour éviter absolument la crise d'hystérie, croyez-moi...


11 commentaires:

  1. C'est vrai qu'il vaut mieux le lire sans avoir de canard à porter de vue ^^

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que le résumé est assez intriguant ! Je pense qu'il me plairait beaucoup :)

    RépondreSupprimer
  3. Il m'avait bien fait marré XD pour le moment je m'en sors plutôt bien avec les canards, je n'ai pas encore fait de crise d’hystérie ! ^^

    RépondreSupprimer
  4. Le résumé est assez drôle :) je tenterais un jour peut être ^^

    RépondreSupprimer
  5. J'ai adoré cette lecture. Je me demande vraiment ce que l'auteur a dans sa tête pour écrire des histoire pareil :)

    RépondreSupprimer
  6. Malgré les bons avis que j'ai pu lire sur ce livre, il ne me fait pas très envie =/ ;)

    RépondreSupprimer
  7. J'ai adoré ce livre : il y a des canards :p

    RépondreSupprimer
  8. On en a déjà discuté haha :p Mais franchement, ça me donnerait presque envie de le lire à mon tour pour pouvoir être également traumatisée :D

    RépondreSupprimer
  9. Hou Hou, des cousins en couverture.. .Et en plus le livre est une réussite ! @bientôt, Grybouille.

    RépondreSupprimer
  10. J'avoue ne pas avoir aimé le premier de l'auteur, je préfère passer mon tour !

    RépondreSupprimer

Merci pour ta réaction littéraire !