Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman de Kerry Hudson








KERRY HUDSON
EDITIONS 10/18 - PARU EN 2015 - 333 PAGES


Venue au monde sous une bordée d’injures, Janie Ryan file une jeunesse âpre dans l’Écosse en crise des 80’s. De refuges en HLM minables, entre une famille aussi fêlée qu’aimante, l’alcool, les fins de mois à sec et les beaux-pères éclairs, elle se raconte. Et se construit : armée d’un humour féroce et d’une rage d’en découdre, Janie rêve d’une vie à elle, et elle l’aura. Un fabuleux portrait de femme(s), et d’une époque à vif, rythmé par une langue insolente.


Ma chronique :

Je n'ai pu résister à ce roman lors de sa sortie il y a déjà un petit temps maintenant, mais voilà seulement que je me suis lancée dans cette histoire et je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt ! Nous suivons Janie, depuis sa naissance d'une mère encore adolescente qui n'arrive pas à gérer la situation. De foyer en foyer, d'accueil en accueil, Janie est une petite fille facile, ouverte et curieuse face au monde qui l'entoure même si Iris, sa maman retombe souvent dans l'alcoolisme et la débauche... Nous sommes dans les années 80 où la vie n'est pas toujours facile, où tout coûte cher et où les HLM pousse comme des mauvaises herbes, habitées par des familles brisées et des enfants livrés à eux-mêmes. De fil en aiguille, on grandit au côté de notre petite héroïne, on s'y attache, on aimerait l'aider ! On haït sa mère, souvent on a pitié et parfois on voudrait la prendre par la main pour la remettre sur le droit chemin. Ce roman est dur, il s'agit de la vie, sans fard pour rendre tout cela joli. Les logements sociaux sont morbides, ils sentent l'urine et les quartiers sont bruyants, mal famé. Les protagonistes sont bruyants, à fleur de peau et violents. C'est la loi du plus fort qui règne et c’est à chacun de se faire une place dans ce monde froid et austère. Il s'agit de la triste réalité, qui tord le ventre et devant laquelle d'habitude on passe tête baissée sans s'arrêter. Les dialogues fusent, rageurs, violents, parfois tendre et ses moments de répit sont accueillis avec joie comme du pain béni. Si vous cherchez un roman plein d'action, de rebondissement ou avec une intrigue qui vous happe dès les premiers pages, passez votre chemin. Mais si vous avez envie de laisser Janie vous conter son histoire, vous montrer sa vie précaire mais parsemée de rêves auxquels il faut s'accrocher, prenez ce bouquin et lisez le. Une histoire encore contemporaine, pas si loin de notre quotidien mais à laquelle on ne prête plus attention, comme si être pauvre et sans moyen était devenu une banalité... Lisez-le, il en vaut le détour.

12 commentaires:

  1. Une très jolie chronique qui ne peut donner qu'envie de découvrir cet ouvrage.

    RépondreSupprimer
  2. Tu m'as convaincue, je l'ajoute à ma WL!

    RépondreSupprimer
  3. Ta chronique me donne bien envie ! :)
    Merci ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Rien que le titre me fait très envie ! Et visiblement il vaut le détour donc je me le note direct net !

    RépondreSupprimer
  5. Le titre donne bien mais c'est ta chronique qui achève de me convaincre

    RépondreSupprimer
  6. J'aime bien le titre du livre ^^ Par contre, je ne sais pas si l'histoire pourrait me plaire. :/

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connaissais pas ce livre mais le titre intrigant et ton avis me font bien envie :)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai très envie de le lire suite à la lecture de ta chronique :)

    RépondreSupprimer
  9. Ça a l'air d'être un thème assez sombre mais intéressant ! Et belle chronique ;)

    RépondreSupprimer
  10. J'ai l'impression qu'il peut y avoir quelques similitudes avec Papa was not a Rolling Stone de Sylvie OHAYON !?!
    En tout cas, ça peut être une lecture sympathique effectivement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne saurai te le dire car je ne l'ai pas lu :/

      Supprimer
  11. Un excellent titre pour une histoire qui m'a l'air pas mal du tout^^

    RépondreSupprimer

Merci pour ta réaction littéraire !